fr_FRus
Avertissement

avertissement

 

AVERTISSEMENT

Ce site internet est uniquement un site d'information. Son but est de renseigner le plus possible les patients. Il ne comporte aucune publicité. Toutes les informations données ne se substituent, en aucun cas, à une vraie consultation. Ce site ne fait état que de procédés reconnus et éprouvés par la grande majorité du corps médical. Conformément aux recommandations du conseil de l'ordre, il engage la responsabilité de son auteur, le Docteur Patrick Knipper, chirurgien spécialiste en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.

Site de l’Ordre des médecins : http://www.conseil-national.medecin.fr/

La médecine peut donner des années à notre vie.

La chirurgie plastique peut redonner de la vie a ces années.

La spécialité de chirurgie plastique comprend la chirurgie reconstructrice, la chirurgie plastique et la chirurgie esthétique. Cependant, cette division ne doit pas faire oublier que le terme de chirurgie plastique englobe une finalité esthétique et un esprit de reconstruction avec la même sensibilité. Un vrai chirurgien esthétique est avant tout un chirurgien réparateur, comme un chirurgien plasticien doit toujours garder une dimension esthétique à sa reconstruction. Un sein reconstruit doit être le plus joli possible pour que l’intervention soit réussie! La chirurgie plastique c’est aussi reconstruire l’esthétique… Dans mon quotidien, je pratique autant d’interventions de chirurgie réparatrice que de chirurgie esthétique… et c’est passionnant!

La chirurgie reconstructrice

La chirurgie reconstructrice, ou réparatrice, consiste à réparer les désordres congénitaux ou post-traumatiques des organes visibles du corps, ceux qui en altèrent la forme ou la fonction. La chirurgie plastique, dans sa version réparatrice, peut être considérée comme une chirurgie de réhabilitation après un cancer, un accident, une malformation congénitale ou une infection destructrice.

La chirurgie plastique

La chirurgie plastique est la « chirurgie des formes ». C’est une chirurgie correctrice qui s’adresse à des déformations importantes mais qui n’entraînent pas une gêne fonctionnelle majeure: ainsi en est-il de certaines hypertrophies mammaires qui, parce qu’elles sont importantes, gênent la pratique sportive, l’habillement, bref la vie sociale courante. Il en est de même des oreilles décollées chez l’enfant, de certaines déformations du ventre pouvant prendre l’aspect d’un gros tablier cutanéo-graisseux recouvrant le pubis, ou de séquelles d’amaigrissement extrême pouvant provoquer des surplus cutanés considérables.

La chirurgie esthétique

La chirurgie esthétique s’inscrit dans une tradition très ancienne: l’apparence physique a toujours fait l’objet de transformations universellement pratiquées en tout temps et en tout lieu. La chirurgie esthétique pure représente, dans l’ensemble des techniques de la chirurgie plastique, la conception la plus artistique et la plus perfectionniste de l’acte chirurgical. Elle s’adresse, actuellement, à des demandes bien définies au niveau du visage (lifting cervico-facial, blépharoplastie, rhinoplastie, otoplastie), au niveau de la silhouette (chirurgie des seins, du ventre, des cuisses, des bras) et dans le domaine de la médecine esthétique. La chirurgie esthétique dite de rajeunissement ne rajeunit pas au sens propre du terme même si elle améliore nettement certains stigmates de l’âge. La chirurgie esthétique n’est pas une chirurgie du « rajeunir ». C’est une chirurgie du « mieux vieillir » . La finalité de nos interventions n’est pas la transformation; nous proposons simplement une modification qui tend à harmoniser les formes dans la plus grande discrétion. Un seul mot conduit nos interventions: harmonisation!

Plus récemment, nous avons développé deux concepts :

  • la chirurgie esthétique humanitaire. En effet, le temps se vit parfois douloureusement dans le corps et par le corps dans un état de nudité qu’aucun voile ne saurait masquer. Peut-on, tout au plus, espérer qu’un voile chirurgical viendra rendre plus transparent ce visage détruit que le monde n’ose plus regarder. Et pourtant, une béance faciale offre une profondeur redoutable à nos regards pleins d’humanité, à nos regards pleins d’humilité, comme si la surface des choses ne suffisait plus à dévoiler la profondeur de nos sentiments. Faut-il qu’un visage soit détruit par une maladie tropicale pour que la profondeur de notre geste redevienne esthétiquement correcte ? Faut-il que le geste réparateur demeure la seule cicatrice de notre habileté, de notre humanité? La chirurgie esthétique restera-t-elle voilée comme le visage de certaines femmes humiliées ? L’humanitaire peut-il faire de l’esthétique ? La chirurgie esthétique peut-elle être humanitaire ? (Suite)
  • l’ethno-chirurgie. Elle unit la chirurgie moderne à la médecine traditionnelle. Nous proposons de traiter le patient avec des techniques très sophistiquées mais en tenant compte de l’environnement dans lequel nous opérons, de la culture du patient et dans le respect des traditions locales. L’ethno-chirurgie c’est transformer le corps sans désaccord avec le milieu et cela, quel que soit le lieu.